21 décembre 2023

C'est dans une église de style Bauhaus que l'apôtre-patriarche célébrera le service divin de fin d'année. Manfred Bayer, surnommé Manne, connaît bien l'église, la communauté et la ville. Le guide nous fait découvrir sa ville préférée : Tübingen.

On sent une odeur de bois et, même si tout a été nettoyé auparavant, on voit des copeaux de bois partout. Des planches servent de bancs et des journaux sont posés par-dessus pour éviter de se blesser avec une écharde. Manne Bayer, évangéliste de district en retraite, sait raconter le premier service divin néo-apostolique qui a eu lieu à Tübingen comme s'il y avait lui-même assisté.

La fascination de Manne Bayer pour les histoires remonte à son plus jeune âge. « J'ai grandi au cœur de la vieille ville dès l'âge de dix ans », raconte l'homme, aujourd'hui âgé de 81 ans. Tout au long de sa vie professionnelle, il a fait visiter la ville à ses amis pour le plaisir. Alors, à l'approche de la retraite, il était clair pour lui : « Je ne collectionne pas les timbres. » Et c'est ainsi qu'il a lancé sa première visite guidée officielle de la ville le 7 juin 2008, quelques jours seulement après que le retraité ait également pris sa retraite ministérielle. « Une transition en douceur », dit-il en riant.

L'histoire à portée de main

Il communique son amour de la ville aux touristes. Il montre le château de Hohentübingen, d'où l'on a une vue magnifique sur le Jura souabe. Il les conduit ensuite jusqu'à la collégiale protestante puis à l'hôtel de ville. Il est écrit depuis 1435 : « Touchez-la, c'est toujours la même maison, les mêmes poutres qui ont été abattues il y a 500 ans en Forêt-Noire et transportées par radeau sur le Neckar jusqu'à Tübingen. »

L'une des plus anciennes universités allemandes se trouve à Tübingen. « De nombreuses personnalités ont étudié et enseigné dans cette université : Johannes Kepler, Philipp Melanchton ou Friedrich Hölderlin. « Ce sont tous des personnes qui se sont fait un nom en partant de Tübingen. » On peut même lire certains noms dans le recueil de chants en langue allemande de l’Église néo-apostolique : Albert Knapp ou Friedrich Silcher.

Une ville jeune et vieille à la fois

« Nous sommes une ville jeune et vieille à la fois. Cela se tisse à travers toutes les rues et ruelles, à travers la vie. » Aujourd'hui, on compte environ 28 000 étudiants pour une population d'environ 91 000 habitants. Cela marque la ville, mais aussi la communauté : « Ils sont bien intégrés. Certains étudiants s'activent à Tübingen, du point de vue de la foi, simplement par l'attraction des autres. Ici, ils retrouvent un nouvel élan. » Par exemple, lorsque l'église sent à nouveau les épices pendant des jours parce que les étudiants ont fait une soirée cuisine.

« La proclamation de la parole est actuelle, ancrée dans son époque, et chacun peut se sentir interpellé », dit Manne. Le jeune chef d'orchestre aime faire chanter des chants modernes, mais les chants anciens ne sont pas en reste.

« Ce qui est beau, c'est qu'à Tübingen, le moderne et l'historiquement préservé se complètent à merveille », explique Manne Bayer. Lorsqu'une maison est rénovée ou construite dans la vieille ville, c'est à la condition que son aspect extérieur s'adapte à l'environnement. « À l'intérieur, tu peux faire ce que tu veux, tu peux construire un toboggan ou un ascenseur. » C'est ce qui rend la ville si accueillante, si intime et si attractive. « Nous ne sommes pas un musée à Tübingen, mais tout cela est vivant. »

Sur les traces d'un pionnier

Avec les lecteurs de nac.today, Manne parcourt volontiers le chemin à travers Tübingen que Jakob Lamparter a emprunté à l'époque où il était un jeune diacre envoyé à Tübingen. « Il était un jeune peintre et voulait en fait aller en Suisse pour y chercher du travail », raconte-t-il. Mais l'ancien de district lui a dit : « Non, vous irez à Tübingen et vous y fonderez une communauté. »

À Pâques 1908, le jeune homme est descendu à la gare de Tübingen et a marché à travers une ville qui lui était totalement étrangère. « Arrivé presqu'à la fin de la ville, il a pris son courage à deux mains et a sonné quelque part. » C'est ainsi qu'il a obtenu une chambre, un travail et, très rapidement, des frères et sœurs en la foi : en novembre 1908, la communauté a été fondée et Jakob Lamparter a été chargé de la diriger comme conducteur.

Un peu plus de 20 ans plus tard, la communauté, qui s'était entre-temps considérablement développée, a obtenu sa propre église au numéro 24 de la Brunsstraße. Ce bâtiment de style Bauhaus a fait grand bruit dans le monde de l'architecture. « Et c'est dans ce bijou que notre apôtre-patriarche se rendra à la Saint-Sylvestre », se réjouit Manne.